19/21 rue des Fossés Saint-Jacques
75005 PARIS (place de l’Estrapade)
À 20 m du Panthéon... Tél. : 01 43 36 34 37
Du lundi au samedi, 11-13h 14h-19h
(horaires souvent dilatés...)
Métros : Luxembourg, Cardinal Lemoine, Place Monge – Bus , 21, 27, 82, 84, 89
  •  
La Librairie, c'est aussi

Portraits de princes

Portraits de princes, par José Maria EÇA DE QUEIROZ
Auteur : José Maria EÇA DE QUEIROZ
Traduction : Jean Pailler
Editeur : Atlantica
Nombre de pages : 52
Date de parution : 1997
Langue : Français
Prix : 8,40 €
ISBN :
Disponibilité : En stock En stock

« Ces trois Portraits de Princes brossés par Eça de Queiroz, traduits et présentés par Jean Pailler sont à lire pour au moins deux raisons. D'abord, chaque nouvelle traduction de l'œuvre de José Maria d'Eça de Queiroz accroît les chances de faire découvrir ce grand écrivain portugais, romancier, essayiste, journaliste réputé dans tout le monde lusophone et chroniqueur politique doué d'un grand discernement dans l'observation de ses contemporains. Ensuite, malgré le siècle qui nous sépare de ces écrits, Eça de Queiroz nous livre une conception du devoir des princes, incarnés aujourd'hui par les leaders de la classe politique européenne, qui pourrait être avec bonheur transposée dans notre actualité. Guillaume II de Hohenzollern, dilettante de l'action au moi hypertrophié, exerce un pouvoir sans contrepoids qui menace d'entraîner l'Europe dans la guerre. Louis Ier, roi de Portugal, et Philippe d'Orléans, prétendant au trône de France, sont en revanche l'incarnation du devoir des princes. Un devoir qui se doit d'être semblable à celui des citoyens, déterminé essentiellement par le respect de la légalité, de la probité et de la raison, et dont la grandeur est à la mesure de la responsabilité de ces hommes dans l'Histoire, devant Dieu et la Patrie. » (présentation de l’éditeur)

C’est le maître incontesté du roman portugais. Fils de magistrat, il suit des études qui le mènent sagement à une carrière administrative. Après avoir été brièvement sous-préfet de Leiria, il entre dans la diplomatie. Nommé consul, il séjourne à La Havane de 1873 à 1874, en Angleterre de 1874 à 1888, à Paris de 1888 à 1900. L’influence de ce parcours cosmopolite est manifeste dans son œuvre. D’abord par la palette de sa vaste culture. Ensuite par son sens aiguisé de la satire, car vivant ainsi de longues années loin de sa terre natale, il est sensible à ce qu’il y a d’étroit, d’archaïque et d’étriqué dans la société portugaise de son temps. Mais en même temps il ne cesse d’avoir la nostalgie du soleil portugais et des vieilles maisons du Douro. Ces sentiments à la fois complexes et contradictoires pour son pays font le charme et la marque de fabrique de la plupart de ses grands romans. Il reste dans la littérature universelle non seulement comme un observateur clairvoyant de la réalité sociale, mais comme un virtuose de l’humour qui ne peut que séduire le lecteur.

Photographie: © D.R.

Conditions générales de vente, frais d'envoi et délais - Crédits
Librairie Portugaise - 19/21 rue des Fossés Saint-Jacques, Place de l’Estrapade, 75005 Paris
Tous les livres en portugais et en français sur le Portugal, le Brésil, l'Angola, le Cap Vert, la Guinée-Bissau,
le Mozambique, São Tomé & Principe et l'Histoire des Découvertes - librairie.portugaise@wanadoo.fr