19/21 rue des Fossés Saint-Jacques
75005 PARIS (place de l’Estrapade)
À 20 m du Panthéon... Tél. : 01 43 36 34 37
Du lundi au samedi, 11-13h 14h-19h
(horaires souvent dilatés...)
Métros : Luxembourg, Cardinal Lemoine, Place Monge – Bus , 21, 27, 82, 84, 89
  •  
La Librairie, c'est aussi

202, Champs-Élysées [A cidade e as serras]

202, Champs-Élysées [A cidade e as serras], par José Maria EÇA DE QUEIROZ
Auteur : José Maria EÇA DE QUEIROZ
Traduction : Marie-Hélène Piwnik
Editeur : La Différence
Nombre de pages : 348
Date de parution : 2014
Langue : Français
Prix : 12,00 €
ISBN : 9782729120696
Disponibilité : Actuellement épuisé

Traduction publiée une première fois en 1991, 202, Champs-Élysées est un des derniers chefs-d’œuvre de Eça de Queiroz. Il parut au Portugal un an après sa mort, en 1901, sous le titre A Cidade e as serras (La Ville et les montagnes).

Raconté par Zé Fernandes, ami du héros, Jacinto, le récit se déploie entre la « civilisation », incarnée par Paris, la ville Lumière où est situé l’hôtel particulier du 202, Champs-Élysées, où demeure Jacinto, et la « barbarie », personnifiée par le village de Tormès, que constituent les montagnes du Sud du Portugal.

Mais très vite, Jacinto se lasse des innovations de la prétendue civilisation (de son graphophone, son théâtrophone, son conférençophone, son monte-plats, son numéroteur de pages…) et autres gadgets sortis du Catalogue de l’Exposition universelle et redécouvre « la vraie vie » de la campagne, les charmes, la beauté d’une existence simple et naturelle. Le paradis est devenu enfer et l’enfer paradis.
Prémonitoire, féroce et d’une drôlerie constante, le roman est une charge d’une modernité stupéfiante sur le factice et le dérisoire d’un progrès détourné de sa mission et un hymne aux vertus de la province que ne dénieraient pas les écologistes contemporains.

 

C’est le maître incontesté du roman portugais. Fils de magistrat, il suit des études qui le mènent sagement à une carrière administrative. Après avoir été brièvement sous-préfet de Leiria, il entre dans la diplomatie. Nommé consul, il séjourne à La Havane de 1873 à 1874, en Angleterre de 1874 à 1888, à Paris de 1888 à 1900. L’influence de ce parcours cosmopolite est manifeste dans son œuvre. D’abord par la palette de sa vaste culture. Ensuite par son sens aiguisé de la satire, car vivant ainsi de longues années loin de sa terre natale, il est sensible à ce qu’il y a d’étroit, d’archaïque et d’étriqué dans la société portugaise de son temps. Mais en même temps il ne cesse d’avoir la nostalgie du soleil portugais et des vieilles maisons du Douro. Ces sentiments à la fois complexes et contradictoires pour son pays font le charme et la marque de fabrique de la plupart de ses grands romans. Il reste dans la littérature universelle non seulement comme un observateur clairvoyant de la réalité sociale, mais comme un virtuose de l’humour qui ne peut que séduire le lecteur.

Photographie: © D.R.

Conditions générales de vente, frais d'envoi et délais - Crédits
Librairie Portugaise - 19/21 rue des Fossés Saint-Jacques, Place de l’Estrapade, 75005 Paris
Tous les livres en portugais et en français sur le Portugal, le Brésil, l'Angola, le Cap Vert, la Guinée-Bissau,
le Mozambique, São Tomé & Principe et l'Histoire des Découvertes - librairie.portugaise@wanadoo.fr